182 X luxembourg PDF

Portrait of Henri Matisse 1933 May 20. Henri Matisse 182 X luxembourg PDF 20 mai 1933, photographié par Carl van Vechten. Il fut le chef de file du fauvisme.


La façade de la maison familiale du temps des parents d’Henri Matisse. Henri Matisse naît le 31 décembre 1869 au Cateau-Cambrésis en France, fils d’un marchand de grains. Après la guerre franco-allemande, en 1871, la famille déménage à Bohain-en-Vermandois où Matisse passe sa jeunesse. 20 ans, à la suite d’une crise d’appendicite, il est contraint de rester alité pendant de longues semaines. Grâce à un voisin et ami peintre amateur, Léon Bouvier, Matisse découvre le plaisir de peindre. Sa mère lui offre une boîte de peinture.

Dès son rétablissement, tout en réintégrant l’étude, il s’inscrit au cours de dessin de l’école Quentin-de-La Tour destinée aux dessinateurs en textile de l’industrie locale. Peu après, il se rend à Paris. En 1892, Matisse rencontre Albert Marquet à l’École des Arts déco puis s’inscrit en 1895, à l’École des beaux-arts, dans l’atelier de Gustave Moreau. Cette prophétie peut être considérée comme le programme esthétique de l’œuvre d’Henri Matisse. Portraits d’Henri et d’Amélie Matisse en 1898 au moment de leur mariage.

Le couple Matisse élève les trois enfants. Ils partent en voyage de noces à Londres où, sur les conseils de Pissarro, Matisse découvre la peinture de Joseph Mallord William Turner. Henri Matisse peint, à Ajaccio, une cinquantaine de toiles dont Le Mur rose qui représente l’arrière de l’hospice Eugénie vu depuis la Villa de la Rocca. 1900, Matisse travaille la sculpture et le modelage, à l’Académie de la Grande Chaumière, sous la direction d’Antoine Bourdelle et fréquente également l’atelier d’Eugène Carrière.

En 1900, Matisse achète à Ambroise Vollard Les Trois Baigneuses de Cézanne, toile aujourd’hui au Petit Palais de Paris. Article de L’Illustration du 4 novembre 1905, consacré aux fauves. Au début de 1905, Matisse participe au Salon des indépendants. L’appellation de  fauve  est aussitôt adoptée et revendiquée par les peintres eux-mêmes. Le fauvisme secoue la tyrannie du divisionnisme.