De nos institutions d’hygiène publique et de la nécessité de les réformer. Précédé d’une lettre PDF

Portrait of Pierre Joseph Proudhon 1865. Portrait de Proudhon par De nos institutions d’hygiène publique et de la nécessité de les réformer. Précédé d’une lettre PDF, 1865.


De nos institutions d’hygiène publique et de la nécessité de les réformer. Précédé d’une lettre de M. Littré,… (2e éd.) / par le Dr Armaingaud,…
Date de l’édition originale : 1874

Ce livre est la reproduction fidèle d’une oeuvre publiée avant 1920 et fait partie d’une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d’un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l’opportunité d’accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
Les oeuvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d’une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d’un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d’un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

Citation  La propriété, c’est le vol ! L’anarchie est le plus haut degré de liberté et d’ordre auquel l’humanité puisse parvenir. En 1840, dans son premier ouvrage majeur, Qu’est-ce que la propriété ? En 1846, il donne, dans son Système des contradictions économiques ou Philosophie de la misère, une explication de la société fondée sur l’existence de réalités contradictoires. La liberté elle-même est à la fois indispensable mais cause de l’inégalité.

En 1848, dans Solution du problème social, il élabore la théorie du crédit à taux zéro qui anticipe le fonctionnement des mutuelles d’aujourd’hui. En 1863, dans Les Démocrates assermentés et les réfractaires, il pose les bases du refus de toute participation aux élections lorsqu’elles sont truquées, dévoyées par le pouvoir bonapartiste, détournées par le système capitaliste, manipulées par ceux qui font et défont les cartes électorales. D’un milieu modeste d’origine paysanne, il garde la seule vache de la famille et mène une vie simple. Brillant élève, il obtient une bourse d’externe. Il y découvre la vie d’atelier. Gauthier édite les pères de l’Église, ce qui lui permet d’apprendre l’hébreu, de se perfectionner en grec et en latin, et d’acquérir une bonne connaissance de la théologie.

La crise économique de 1830 l’oblige à quitter Besançon. Il fait un tour de France et travaille successivement à Neufchâtel, Paris, Lyon, Marseille, Draguignan, Toulon. En 1836, de retour à Besançon, Proudhon avec deux associés, fonde une petite imprimerie. En 1838, Proudhon arrive à Paris.

Il y mène une vie pauvre, ascétique, studieuse et découvre les idées socialistes. Il doit préparer des ouvrages pour faire honneur à l’Académie mais ce devoir est vite oublié. C’est vers l’économie politique qu’il se tourne : il cherche dans les bibliothèques et dans les cours publics toutes les parcelles qu’il peut recueillir de cette science de l’avenir. Mais aux cours magistraux, il préfère la fréquentation des bibliothèques, en particulier celle de l’Institut. Il transcrit dans 34 gros cahiers les passages qui lui paraissent les plus importants et ajoute des réflexions personnelles. IVe cahier il dresse une liste de plus de 120 ouvrages à lire.

Il étudie, il fait la critique de ses maîtres, orateurs et écrivains. Il élabore les parties et les morceaux de théories nouvelles. En février 1839, l’Académie de Besançon met au concours le sujet suivant :  De l’utilité de la célébration du dimanche, sous les rapports de l’hygiène, de la morale, des relations de famille et de cité . Proudhon rédige un mémoire, L’Utilité de la célébration du dimanche, qui ne lui vaut qu’une mention honorable, une médaille de bronze. Le jury trouve trop hardies certaines digressions sur l’Évangile et certaines attaques contre la civilisation industrielle. De 1840 à 1842, il publie trois mémoires sur la propriété. Dans le premier, en juin 1840, il pose la question : Qu’est-ce que la propriété ?

La propriété c’est le vol  :  Si j’avais à répondre à la question suivante : Qu’est-ce que l’esclavage ? Je n’aurais pas besoin d’un long discours pour montrer que le pouvoir d’ôter à l’homme la pensée, la volonté, la personnalité, est un pouvoir de vie et de mort, et que faire un homme esclave, c’est l’assassiner. Pour Proudhon, dans une entreprise, parce qu’ils travaillent collectivement, les ouvriers produisent plus que s’ils travaillaient chacun individuellement. Un individu ne peut faire en dix heures le même travail que dix individus en une heure. La force collective dans le travail social produit bien plus que la force individuelle. Cent hommes peuvent déplacer une pierre de plusieurs tonnes que jamais un individu seul ne pourra faire bouger même en cent fois plus de temps.