Encyclopedie Methodique: Ou Par Ordre de Matieres … PDF

Frontispice de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert. Par la synthèse des connaissances du temps qu’elle contient, elle représente un travail rédactionnel et éditorial considérable pour cette époque et fut menée par des encyclopédistes constitués en  société encyclopedie Methodique: Ou Par Ordre de Matieres … PDF gens de lettres . Articles détaillés : Siècle des Lumières et Révolution copernicienne.


This book was originally published prior to 1923, and represents a reproduction of an important historical work, maintaining the same format as the original work. While some publishers have opted to apply OCR (optical character recognition) technology to the process, we believe this leads to sub-optimal results (frequent typographical errors, strange characters and confusing formatting) and does not adequately preserve the historical character of the original artifact. We believe this work is culturally important in its original archival form. While we strive to adequately clean and digitally enhance the original work, there are occasionally instances where imperfections such as blurred or missing pages, poor pictures or errant marks may have been introduced due to either the quality of the original work or the scanning process itself. Despite these occasional imperfections, we have brought it back into print as part of our ongoing global book preservation commitment, providing customers with access to the best possible historical reprints. We appreciate your understanding of these occasional imperfections, and sincerely hope you enjoy seeing the book in a format as close as possible to that intended by the original publisher.

La genèse et la publication de l’Encyclopédie se situent dans un contexte de renouvellement complet des connaissances. La nouvelle science astronomique nécessitait, pour expliquer le mouvement de la Terre, des expérimentations et un formalisme mathématique qui étaient étrangers à la méthode scolastique encore en vigueur dans les universités, et qui pour cette raison était déjà critiquée par Descartes. Dans le Discours préliminaire de l’Encyclopédie, d’Alembert expliqua les motivations de l’immense travail entrepris par l’équipe des encyclopédistes. Encyclopédie ne devait être que la traduction en français de la Cyclopædia d’Ephraïm Chambers, dont la première édition date de 1728. André Le Breton de traduire la Cyclopaedia. Sellius propose dans la foulée comme cotraducteur John Mills, un Anglais qui vivait en France.

1 volume de 120 planches et enfin un supplément contenant un lexique français avec des traductions en latin, allemand, italien et espagnol réservé à l’usage des  voyageurs étrangers . Les mois suivant, Mills se montre de plus en plus nerveux : avant de poursuivre le travail, il réclame une avance à Le Breton qui traîne des pieds. Diderot n’est pas inconnu des trois nouveaux associés de Le Breton : il était en train de cotraduire pour eux le Dictionnaire universel de médecine de Robert James dont le premier volume sort en 1746. Dans une lettre datée de mai-juin 1746, D’Alembert écrit au marquis d’Adhémar que, déjà, il  traduit une colonne d’anglais par jour  et qu’il est payé  3 louis par mois . Le contrat stipule par ailleurs que Diderot a la possibilité de demander à  refaire traduire tous les articles jugés inacceptables . Article détaillé : Discours préliminaire de l’Encyclopédie.

Pour mener à bien leur projet, Diderot et d’Alembert, s’entourent d’une société de gens de lettres, visitent les ateliers, s’occupent de l’édition et d’une partie de la commercialisation. Le premier volume paraît en 1751 et contient le Discours préliminaire rédigé par d’Alembert. Sorbonne par l’abbé de Prades, collaborateur de l’Encyclopédie. Ils obtiennent gain de cause : le Conseil d’état interdit de vendre, d’acheter ou de détenir les deux premiers volumes parus. La levée de cette interdiction ne met cependant pas fin aux oppositions à l’ouvrage même si elles se confondent parfois avec les attaques portées en général contre le Parti philosophique. Illustration de l’Encyclopédie pour laquelle Duhamel du Monceau a écrit l’article  Corderie .

Dès sa création, le roi demande à l’Académie de réaliser un appui au développement industriel et artisanal. L’infidélité et la négligence de mes graveurs, dont plusieurs sont morts, ont donné la facilité à des gens peu délicats sur les procédés de rassembler des épreuves de ces planches, et on les a fait graver de nouveau pour les faire entrer dans le Dictionnaire encyclopédique. Par ailleurs, poursuivant l’œuvre de Réaumur, Henri Louis Duhamel du Monceau relance en 1757 les Descriptions des arts et métiers à laquelle Diderot emprunte des éléments notamment pour les articles  Agriculture ,  Corderie ,  Pipe  et  Sucre . Jusqu’en 1757, la publication des volumes 3 à 7 se poursuit, mais les opposants fulminent.

Le pape Clément XIII condamne l’ouvrage, il le met à l’Index, le 5 mars 1759, et il  enjoint aux catholiques, sous peine d’excommunication, de brûler les exemplaires en leur possession . Le 8 mars 1759, à la suite des remous causés par la parution de De l’esprit de Claude-Adrien Helvétius, le privilège de l’Encyclopédie est révoqué. Dans le même temps, les libraires doivent aussi faire face à une accusation de plagiat de planches dessinées par l’Académie des sciences et destinées aux Descriptions des arts et métiers. La rédaction et la publication du texte se poursuivront clandestinement.

En 1762, le vent politique change : l’expulsion des Jésuites sur un arrêt du Parlement fait souffler un vent de liberté. Les volumes 8 à 17 paraissent, sans privilège et sous une adresse étrangère. Les deux derniers volumes des planches paraissent sans difficulté en 1772. En 1776-1777, Charles-Joseph Panckoucke et Jean-Baptiste-René Robinet font paraître un Supplément en 4 volumes de textes et 1 de planches. Deux volumes de tables paraissent en 1780.

Les 17 volumes initiaux, les 11 volumes de planches, le Supplément de 4 volumes, son volume de planches et les Tables de Mouchon en 2 volumes, constituent les 35 volumes de l’édition de base, dite de Paris, de l’Encyclopédie. Par ailleurs, l’édition originale est rapidement suivie de rééditions, d’adaptations et d’éditions contrefaites. Déjà en 1770, un éditeur suisse entreprend la publication d’une encyclopédie similaire, d’inspiration plus européenne et protestante : l’Encyclopédie dite d’Yverdon. Ainsi, si la première édition est tirée à 4 225 exemplaires, on compte près de 24 000 exemplaires, toutes éditions confondues, vendus au moment de la Révolution française.

Dans sa forme  enrichie , l’Encyclopédie arrive en Angleterre en 1799, grâce à Panckoucke qui en vend les droits. Cet ouvrage, énorme pour l’époque, a occupé un millier d’ouvriers pendant vingt-quatre ans. Les conditions d’acquisition, énoncées à la dernière page du prospectus, sont les suivantes. Pour 10 volumes in-folio dont 2 de planches : 60 livres en acompte, 36 livres à la réception du premier volume prévue pour juin 1751, 24 livres à la livraison de chacun des suivants échelonnés de six mois en six mois, 40 livres à la réception du huitième volume et des deux tomes de planches. Le prospectus de 1750 apporte un millier de souscriptions. L’interdiction temporaire des tomes 1 et 2 a attisé les curiosités sur l’ouvrage. On compte alors plus de 4 000 souscriptions.