Guide des plantes tropicales : Plantes ornementales, plantes utiles, fruits exotiques PDF

La flore réunionnaise est unique au monde et l’île fait partie des 34  points chauds  de la guide des plantes tropicales : Plantes ornementales, plantes utiles, fruits exotiques PDF mondiale. Elle compte des centaines d’espèces végétales endémiques, encore protégées par le relief dantesque de l’île. De nombreuses autres espèces importées, dont certaines pestes végétales, constituent aujourd’hui l’essentiel des champs et des jardins. La flore tropicale et insulaire de La Réunion est unique au monde de part sa diversité, un taux d’endémisme très élevé et une structure bien spécifique.


Orchidaceae, les Bromeliaceae, les Cactaceae, mais aussi les fougères, les lichens et les mousses. On y trouve les célèbres Bois de Fer, Grand et Petit Natte ou Palmiste Rouge. Ces forêts forment un cercle quasi-complet autour de l’île entre 1000 et 2000 mètres d’altitude, et elles offrent des visages bien différents en fonction des régions et du taux d’humidité. Le relief de l’île et ses effets climatiques entraînent quasi-quotidiennement une formation de nuages sur l’intérieur qui entretient une humidité très importante sur ces forêts, et favorise donc le développement d’un couvert végétal très dense. La Réunion, et aussi les mieux préservées, à l’image des forêts de Bébour et Bélouve qui sont aujourd’hui encore dans leur état originel.

La canopée assez basse dépasse rarement les 10 mètres, mais les arbres comme le Mapou, les Mahots, le Bois de Tambour, le Bois Magie ou le Tan Rouge s’entremêlent, et émergent de cet entrelacs de nombreuses Fougères Arborescentes, appelées ici Fanjans, qui érigent leur parasol au-dessus de la canopée. Tamarin des Hauts est un arbre endémique de La Réunion et peut mesurer jusqu’à 25 mètres, même s’ils ont souvent une forme sinueuse et torturée, notamment par adaptation au vent et aux cyclones. Certains spécimens remarquables ont aujourd’hui des siècles et ont connu La Réunion avant l’arrivé de l’Homme. On le trouve souvent avec le Calumet, bambou endémique de l’île, ou le Brande Vert. Le 3 décembre 2017 a été publié au Journal Officiel de la République Française le dernier arrêté définissant la liste des espèces végétales protégées à La Réunion. L’arrêté retient 238 espèces végétales pour lesquelles la mise en place de mesures de protection réglementaire et une surveillance accrue sont jugées nécessaires, et dont voici les principaux représentants. Il est assez commun et on le trouve dans les forêts sèches, dans les forêt humides de Bois de Couleurs et dans les landes jusqu’à 2000 m d’altitude.

C’est un arbrisseau très ramifié mesurant 2 à 4 m de hauteur au feuillage très dense de couleur vert clair et aux petites fleurs blanches ou jaunes. On le trouve dans les secteurs de basse altitude mais principalement à Saint-Philippe et à Sainte-Rose, et il a fait l’objet de plantations en forêt de l’Etang-Salé ou à la Grande Chaloupe. 3 arbres endémiques de La Réunion du genre Chassalia. Assez fréquent, il occupe les forêts humides et les ravines entre 700 et 1400 m d’altitude. Le Bois de Corail est un petit arbre qui peut mesurer jusqu’à 5 m et qui porte des feuilles de forme ovale assez grandes. On les trouve essentiellement en zone sèche dans les forêts de basse altitude, même si le Bois d’Olive Blanc existe aussi en zone humide, et aussi dans les cirques de Mafate et Cilaos.

Bois de Couleurs endémiques de La Réunion. Il est assez commun et on peut le trouver un peu partout sur l’île dans les forêts entre 200 et 1800 m d’altitude. C’est un petit arbre qui peut atteindre 10 m au feuillage épais et à l’écorce plutôt claire. Il a des petites feuilles de forme ovale et de couleur vert sombre et de très jolies fleurs blanches aux étamines roses durant sa floraison de décembre à avril. Inde et se trouve un peu partout sur l’île en dessous de 600 m, mais principalement dans l’Ouest. D’importantes plantations de Bois Noir ont été faites dans la forêt de l’Etant-Salé. C’est un arbre mesurant 20 m environ au feuillage très sombre qui perd toutes ses feuilles de aout à septembre.

Bois d’ébène de Bourbon  est un arbre endémique de La Réunion de la même famille que l’Ebène qui peut atteindre 16 m de hauteur et dont les rameaux sont groupés au sommet de l’arbre. Le fruit est une baie sphérique qui ressemble à un petit kaki. On ne le trouve que dans les forêts sèches de l’Ouest, dans le massif de la Montagne et quelques recoins de Mafate. Il peut atteindre 15 à 20 m et son écorce est grise et rugueuse. C’est une plante indigène pionnière des coulées de lave qui participe activement à la colonisation préforestière naturelle des coulées de lave récentes du Piton de la Fournaise au Grand Brûlé. Il est plus rare dans les forêts denses et ne dépasse pas 1200 m d’altitude, et les plus beaux spécimens sont situés en forêt de Mare Longue à Saint-Philippe.

La Réunion surtout sur la côte Est jusqu’à 1000 m d’altitude. Il a été utilisé en sylviculture pour reboiser des parcelles dans le cirque de Salazie ou à Basse Vallée, et il fait encore l’objet de plantations à la Plaine des Lianes. Japon qui apprécie un climat montagnard, des précipitations importantes et un bon ensoleillement, et se trouve donc parfaitement adapté à La Réunion, d’autant qu’il est résistant aux cyclones. 800 m d’altitude, et on le trouve notamment le long de la RN3 au dessus de la Confiance à Saint-Benoît. Le Champac mesure 15 mètres de hauteur et il est assez reconnaissable grâce à son écorce blanche et son feuillage persistant vert, tendre et touffu.