Histoire des plantes. Tome 12, Partie 4, Monographie des liliacées PDF

Histoire des plantes. Tome 12, Partie 4, Monographie des liliacées PDF de Lys dans la Couronne, ordre du Saint-Esprit et armoiries. C’est l’une des quatre figures les plus populaires avec les multiples croix, l’aigle et le lion.


Histoire des plantes. Tome 12, Partie 4, Monographie des liliacées / par H. Baillon,…
Date de l’édition originale : 1867-1895
Sujet de l’ouvrage : Plantes — Histoire

Ce livre est la reproduction fidèle d’une oeuvre publiée avant 1920 et fait partie d’une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d’un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l’opportunité d’accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
Les oeuvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d’une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d’un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d’un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

Elle est habituellement classée parmi les figures naturelles. Du fait de sa valeur dans la tradition biblique, le lys fut symboliquement très présent sous la forme d’aigrette trifide, dans l’Empire byzantin puis dans les royaumes francs et le royaume lombard. Le lys fut très présent dans le monde romain chrétien et le monde romain byzantin. On a découvert dans ce qui reste de l’église de Saint-Denis, construite par l’abbé Fulrad à la fin du règne de Pépin le Bref et au début de celui de Charlemagne, des colonnes dont les bases étaient ornées d’une frise de lys et rinceaux.

Vers 850, Sedulius de Liège chante  le lys royal règne du haut des sceptres étincelants  dans De rosae liliique certamine, vers 850. Louis VII, fut nommé à sa naissance Florus selon Ordéric Vital dans son Historia Ecclesiastica et son sceau le montre avec trois lis sur sa couronne. Il semble que Louis VII ait joué un rôle déterminant dans l’adoption de la fleur de lys comme symbole spécifique de la royauté française. De fait, l’héraldique apparaît sous son règne et, à partir de Louis VII, le décor royal et étatique est criblé de fleurs de lys. On sait par Helgaud en sa Vie du roi Robert que Charles II le Chauve avait un ornement appelé orbis terrarum. Le gisant de Louis VII à l’abbaye cistercienne de Sainte-Marie de Barbeau. Les fleurs de lys sont couramment représentées sous une forme stylisée, jaune sur fond bleu : d’azur semé de lys d’or ou d’azur à trois lys d’or pour la version  moderne .

Un emploi du semis de lys attesté se trouve sur un sceau du fils de Philippe II Auguste, le prince Louis, futur Louis VIII, en 1211. Le semis qui est remplacé en 1375 par trois fleurs de lys. Le chef de France est une augmentation accordée aux armes de ces villes. Le passage de France ancien à moderne a conduit à de nombreuses armes irrégulières, à enquerre. En effet, le fleurdelisé primitif est un semis, qui n’est pas soumis à la règle de contrariété des couleurs. Il peut donc être associé à des pièces ou des meubles de tout fond.

Une fleur d’iris des marais, Iris pseudacorus. Clovis recevant la fleur de lys. De nombreuses légendes ont cherché à expliquer l’origine des armes de France. Montjoie où la tradition a fait séjourner Clovis et son épouse, vivait près d’une fontaine un ermite que la très chrétienne reine Clotilde avait l’habitude de venir consulter. Le seigneur d’Armentières, une ville où coule cette rivière, en fit le motif de son blason.

Lors de l’annexion de son fief par le roi des Francs, celui-ci décida à son tour de l’ajouter à son propre blason. La fleur de lys se retrouve notamment sur des villes dont le nom évoque les mots lys ou fleurs, on parle d’armes parlantes. On la retrouve aussi dans des armes ou des drapeaux indiquant une origine dans la France royale, notamment chez les Franco-Américains. Les villes de Deûlémont et d’Armentières, très proches de Lille, ont le symbole floral dans leurs armes, elles sont traversées par la Lys. La ville de Québec est très certainement la ville nord-américaine la plus fleurie de lys. Dans le seul secteur de la vieille ville, plus de 650 fleurs de lys ornent l’extérieur des édifices : frontons, portes, enseignes commerciales, boîtes à fleurs, clôtures, etc. 400 plus belles a été créée.

La fleur de lys figure sur le drapeau de la ville de Saint-Louis dans l’État du Missouri aux États-Unis. Elle est un héritage de la présence française dans la région de la rive orientale du Mississippi. D’autres villes, familles, organisations, villes, provinces ou États utilisent ou ont utilisé ce symbole. Le lys bosniaque ou lilium bosniacum, issu des armes du roi Stefan Tvrtko Ier de Bosnie, devint le drapeau de la Bosnie-Herzégovine entre 1992 et 1998. Quelques équipes sportives ont une fleur de lys dans leur logo officiel. Trois pétales, un central, droit, accompagné de chaque côté d’un pétale plus court et courbé vers l’extérieur.