Incandescence: Échos intérieurs PDF

Un article de Wikipédia, incandescence: Échos intérieurs PDF’encyclopédie libre. La symphonie no 5 en ut mineur, op. La composition fut menée en parallèle avec celle de la Symphonie nº 6, dont la première eut lieu durant le même concert.


Soixante ans après l’expérience térébrante de la déportation, Violette Maurice livre, dans ces poèmes, ses échos intérieurs, ses résonances intimes. Comment vivre après avoir connu dans sa chair l’effroyable, l’inimaginable, l’indicible? Peut-on même oublier? Il serait si bon d’oublier. Il y a si longtemps… Mais hier est tout proche, si proche et les visages de ces petits enfants, avant d’être réduits en cendres dans les crématoires, sont toujours là. Présents. Impossibles à effacer. La complicité charnelle avec ses co-détenus et la fraternité qui en naquit est, elle aussi, ineffaçable. Tous ceux qui ne sont plus, habitent cependant toujours son cœur, à croire que ce que Violette Maurice appelle « l’esprit » est, lui, indestructible. Mystère de la présence. Mystère de l’absence.

Cette symphonie a acquis une grande renommée dès les premiers temps qui ont suivi sa première exécution. Hoffmann l’a alors décrite comme l’ une des œuvres les plus marquantes de l’époque . Il n’est pas possible de déterminer une date précise pour la composition de la Cinquième symphonie de Beethoven. Cette œuvre qui montre l’apparence d’une immédiate spontanéité est l’une de celles — les cahiers d’esquisses laissés par Beethoven le montrent — dont la maturation fut la plus longue. 1808 mentionne l’achèvement d’une symphonie:  Le dernier mouvement de la Symphonie a trois trombones et un octavin — et bien qu’à vrai dire il n’y ait pas trois timbales, cette combinaison d’instruments produira quand même plus de bruit et, qui plus est, un bruit plus agréable que six timbales. Les œuvres présentées n’étaient finalement pas toutes nouvelles.

On remarquera que les deux symphonies furent présentées au public dans l’ordre de numérotation inverse de celui que nous connaissons aujourd’hui. Ut mineur était la 6e alors que la Pastorale était la Cinquième. Ut mineur devient la 5e Symphonie avec le numéro d’opus 67, et la Pastorale devient la 6e avec le numéro d’opus 68. La création de la Cinquième se solda par un fiasco : un programme d’environ quatre heures, joué dans une salle glaciale, après une seule répétition, par des musiciens pour la plupart de second ordre, exigeait trop des exécutants et de l’auditoire.

Beethoven ne serait pas présent dans la salle pendant les répétitions pour que les musiciens consentent à jouer. Nous avons des Maîtres de Chapelle qui savent aussi peu diriger qu’ils s’entendent eux-mêmes à lire une partition. Au Theater auf der Wieden, naturellement, cela dépasse tout. C’est là que j’ai dû donner mon concert alors que de tous côtés des obstacles furent dressés sur mon chemin de la part de tous ceux qui s’occupent de musique. Comme alors peu d’instruments jouent, cette erreur d’exécution fut naturellement cruellement blessante pour les oreilles. Beethoven se leva tout furieux, se retourna, injuria les musiciens de l’orchestre de la manière la plus grossière, et si haut que tout le public entendit. Härtel à Leipzig, avec une double dédicace :  A son Altesse Sérénissime Monseigneur le Prince régnant de Lobkowitz, duc de Raudnitz  et  A son Excellence Monsieur le Comte de Razoumovsky .

Cependant, une copie des parties ayant servi à la première et aux exécutions ultérieures par la Gesellschaft der Musikfreunde à Vienne rend possible une reconstruction de la version de Vienne. Une nouvelle édition fut initiée par la Beethoven-Haus à Bonn en 1961. John Eliot Gardiner l’a utilisée pour son enregistrement paru en 1995. Il y eut peu d’échos de la part de la critique après la création.

Cependant, un an et demi après, une autre représentation fut donnée à Leipzig et donna lieu à une critique dithyrambique d’E. La musique instrumentale de Beethoven nous ouvre l’empire du colossal et de l’immense. Allgemeine musikalische Zeitung avaient été moins enthousiastes. L’œuvre dut attendre l’année 1812 pour obtenir à Vienne un assez grand succès. Mme Malibran, en entendant pour la première fois ce morceau fut saisie d’une attaque de nerfs si violente qu’il fallut l’emporter hors de las salle pendant qu’un vieux militaire, levant les bras au ciel, s’écriait transporté :  C’est l’Empereur, c’est l’Empereur !

Louis Spohr n’est pas le seul contemporain de Beethoven à s’être égaré. La symphonie acquit bientôt un statut central dans le répertoire. Comme un emblème de la musique classique, la Cinquième symphonie fut par exemple donnée pour le concert inaugural du New York Philharmonic en 1842. Dans sa Cinquième Symphonie, Beethoven ne rompt pas vraiment avec les anciens modèles pour créer une nouvelle forme.

Sa durée est d’environ 36 minutes. La Cinquième Symphonie éclaire de nouveaux aspects d’un langage, l’idée du thème en particulier. Le thème beethovenien peut être visage aux traits accusés, une individualité musicale qui s’affirme dans son aventure temporelle, ou bien champ d’action, situation qui s’exprimera diversement dans l’œuvre, y prendra d’innombrables aspects. 1, dans le Presto du Quatuor à cordes no 5 op. 5, dans la coda du premier mouvement du Concerto pour piano no 3 op.

Beethoven, pleine de puissance et de passion romantique. Car la cellule, noyau qui libérera un formidable potentiel d’énergie, doit contenir d’innombrables virtualités d’expansion. Dans la multitude de ses visages seulement, et dans la totalité de sa trajectoire apparaîtront les traits de cet être unique qu’est le  thème de la Cinquième Symphonie . En soi, hors de son contexte, cette cellule appartient, presque anonyme, à tout le patrimoine musical.