Jésus PDF

Le Livre d’Urantia, qui a été publié pour la première fois en 1955 par la Fondation Urantia, a pour auteurs des êtres célestes chargés d’une révélation spéciale pour Jésus PDF, notre planète. Au début du 20ème siècle, un médecin, Dr.


Une grande partie de l’humanité utilise un calendrier qui a pour origine la naissance de Jésus-Christ et qui est ponctué par des fêtes commémorant des événements de sa vie terrestre. D’où l’importance de cet homme. On veut faire découvrir aux enfants qui était Jésus à son époque, sa vie, sa mort, ce qu’il a laissé, à travers les récits des historiens et des spécialistes de la Bible.

Sadler qui exerçait à Chicago, prit la tête d’un groupe connu sous le nom de Commission de Contact. Ce petit groupe fut le centre focal de la production du texte final du Livre d’Urantia, il en fut aussi le premier gardien. On considéra qu’il était important qu’aucun individu ne puisse être exalté du fait de son association avec Le Livre d’Urantia. En raison de son caractère révélatoire, le livre vaut par son propre mérite, par sa nature et son contenu. Les Fascicules d’Urantia » – Ces exposés, dont le présent fascicule fait partie, constituent la plus récente présentation de la vérité aux mortels d’Urantia. Ils diffèrent de toutes les révélations antérieures, car ils ne sont pas l’œuvre d’une seule personnalité de l’univers, mais une présentation composite par de nombreux êtres. Les fascicules de la 2ème et la 3ème partie du livre furent autorisés par une commission Nébadonienne de douze membres agissant sous la direction de Mantutia Melchizédek.

Le livre est disponible dans plusieurs langues. AFLLU possède maintenant des livres d’Urantia nouvelle version à vendre directement. Multilingue version du livre d’Urantia avec index et moteur de recherche. Téléchargement pdf – version bilingue en-fr 10 Mo. Autres sites sur le réseau urantia. Cette page est en semi-protection longue. Le Christ de la basilique Sainte-Sophie de Constantinople.

Seigneur  annoncé par l’Ancien Testament du judaïsme, mort et ressuscité pour le salut des hommes. Jésus-Christ, la figure religieuse, et Jésus de Nazareth, le personnage historique. La question de la nature de Jésus : homme ou Dieu ? Galilée, en pratiquant guérisons et exorcismes. Dans les premières décennies qui suivent la mort de Jésus de Nazareth vers 30, ses disciples vont se constituer en petites communautés autour de deux croyances : celle que Jésus était le messie attendu par les juifs, et celle qu’il était ressuscité et était apparu à un certain nombre de témoins. La foi en Jésus-Christ est marquée dès ses débuts par la prédication de Paul de Tarse, l’ apôtre des gentils  qui ne connut pas le Jésus historique, mais à qui celui-ci serait apparu après sa résurrection.

Certaines personnes pensent que le  Jésus terrestre  a été baptisé dans ce fleuve. La problématique du  Jésus terrestre  et des traditions qui en relèvent concerne les représentations théologiques du Jésus telles que conservées dans la littérature évangélique. Néanmoins,  la question du Jésus historique s’efforce de discerner à travers les premières traditions sur le Jésus terrestre, les traces qui permettent d’approcher le Jésus de l’histoire. Jésus y est présenté comme  Seigneur  investi de la puissance et du salut divins.

Paul cependant ne discute pas de la nature divine ou humaine de Jésus. Christ pantocrator, mosaïque de la basilique Saint-Apollinaire-le-Neuf à Ravenne. Dans les trois évangiles synoptiques, Jésus est désigné indifféremment sous les termes de messie, de Fils de l’homme et de Fils de Dieu. Il s’agit de dénominations juives qui seront réinterprétées par la tradition chrétienne. Le terme de messie désigne dans les prophéties d’Isaïe le serviteur souffrant annonçant le Royaume de Dieu. Les différents rédacteurs du dogme d’une orthodoxie qui se construira au fil de différents conciles fondent leurs réflexions sur les textes de l’Ancien Testament et de certains évangiles, présentés dans une articulation cohérente, dont les différentes parties se complètent. Souvent, dans les communautés chrétiennes des deux premiers siècles, la croyance en la divinité de Jésus a connu des chemins différents de ceux empruntés par l’Église de Rome, en particulier dans les communautés orientales et encore plus dans celles de l’espace perse.

Dieu du judaïsme traditionnel, et à l’humanité de Jésus. Pour les gnostiques, la réalité de l’existence de Jésus parait secondaire par rapport à la signification qu’on lui prête. Il y existe une réflexion profonde sur la personnalité de celui qu’ils nomment le Sauveur qui reste fondamentalement étranger au monde. On retrouve ainsi ce thème : le Sauveur descend sur terre pour le salut des hommes et à son tour, il assume, pour un temps leur destinée. Jésus n’est qu’une apparence, puisque Christ est Dieu, ce qui implique notamment que la mort sur la croix était une illusion.

Le manichéisme, considérant que d’une part Dieu et le Bien et d’autre part le Monde et le Mal sont radicalement séparés, ne peut admettre un Jésus qui soit à la fois Dieu et homme. Pour Marcion également, Jésus-Christ est la manifestation visible de Dieu avec un corps qui n’est pas fait de chair et de sang, un corps subtil, à travers lequel Dieu, pure transcendance, se manifeste à l’improviste sur le Jourdain. Ce sera contre lui que s’élabora la réflexion théologique des Pères de l’Église, le nombre considérable de traités antimarcionniques en témoigne. Christ éclipse de fait sa nature humaine. L’arianisme est issu des prêches d’Arius à partir de 312.

Son point central est la nature de la relation entre Jésus et son Père du ciel et des positions respectives des concepts de  Dieu le père et de son fils Jésus . Fils témoigne de Dieu, il n’est pas Dieu, si le Fils a une position divine, elle est de moindre importance que celle de Dieu Lui-même. Pour l’adoptianisme, Dieu adopte l’homme Jésus comme Fils, seulement lors de son baptême. Le christianisme majoritaire souligne qu’il n’y a pas de distinction, que Jésus est à la fois  vrai homme et vrai Dieu , et donc que c’est bien dans le Jésus de Nazareth historique que le christianisme reconnaît le Fils de la Trinité. Le nestorianisme est représenté aujourd’hui au Moyen-Orient dans les Églises des deux conciles. Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Icône représentant le Christ dans une église orthodoxe.