L’agir clandestin PDF

Article détaillé : Logique de l’action collective. Mancur L’agir clandestin PDF s’appuie sur une approche de l’individualisme méthodologique, pour approfondir de manière critique le fonctionnement des groupes et des organisations de nature économique. Or les membres d’un groupe ont une tendance à profiter du bénéfice d’une action collective en cherchant à payer le coût minimum, voire à échapper au coût de cette action. Plus grand est le groupe et plus cette tendance est effective.


Les migrants en situation de clandestinité sont caractérisés par un statut provisoire qui introduit une suspension dans l’autorisation de se mouvoir, de demeurer et de faire sujet par sa présence. Statut qui transforme les conditions de survie en un condensé de fragilisations : manque de perspectives pour contenir l’attente, précarisation du mode de vie, potentialisation traumatique de l’incertitude sur le devenir, atteintes à la santé mentale et physique.
Ce livre analyse la tension d’ensemble entre mouvements transnationaux de populations et politiques nationales de gestion des flux migratoires. Il interroge, d’une part, les parcours de migrants ouest-africains qui se représentent la migration en Europe comme ultime voie de mobilité sociale et, d’autre part, les contraintes structurelles auxquelles se heurtent leurs projets migratoires. L’analyse s’articule autour de trois axes : les ressources mobilisées dans les parcours clandestins pour atteindre l’Europe; l’instrumentalisation de l’asile comme ultime moyen de légitimation de présence sur l’espace européen ; les stratégies résidentielles de survie adoptées pour la réussite du projet migratoire.
L’ouvrage propose une perspective conceptuelle qui définit l’agir clandestin comme un agir faible et une perspective politique qui présente l’agir clandestin comme une normalité pour ce qui concerne l’accès et la résidence en Europe.

Alexis Clotaire Némoiby Bassolé est docteur en sociologie de l’Université de Genève. Il enseigne actuellement l’histoire des idées politiques à l’Institut des hautes études internationales de Ouagadougou au Burkina Faso.

Les grands groupes peuvent rester inorganisés et ne jamais passer à l’action même si un consensus sur les objectifs et les moyens existe. Les groupes les plus petits réussissent souvent à battre les plus grands qui, dans une démocratie, seraient naturellement censés l’emporter. Cette théorie fait penser à la dilution de la responsabilité et à l’effet Kitty Genovese. Une illustration du dilemme du prisonnier fournit un exemple. Soient deux personnes, A et B, qui se cotisent pour faire construire une piscine. Si un ne paie pas, la piscine sera petite. Si aucun ne paie, le constructeur refusera de faire la piscine.

A va tenir le même raisonnement. Ainsi, A et B vont parvenir à la même conclusion : ils ont tous les 2 intérêt à ne pas payer. Par conséquent, la piscine ne sera pas construite. Il est nécessaire de mettre en place des actions contraignantes ou coercitives pour permettre la réalisation ou la préservation d’une organisation.