La formation continue des enseignants PDF

De l’école au collège : quels changements ? Que faire après la seconde ? Que faire après le baccalauréat ? Il définit les conditions dans lesquelles cette démarche peut être menée et comment le Label « E3D » peut la formation continue des enseignants PDF obtenu.


Un certain nombre d’écoles et d’établissements se sont déjà engagés dans une démarche de ce type, bénéficiant parfois de labellisations spécifiques en lien avec des partenaires locaux ou nationaux, voire européens et internationaux, ce qui est parfaitement compatible avec la labellisation « E3D ». Cette politique éducative est menée en prenant en compte les grands enjeux du XXIème siècle, liés, par exemple, aux ressources, au climat, à la biodiversité, à la croissance démographique et urbaine, ou à l’alimentation, à la cohésion sociale, à la solidarité internationale et au développement humain. Il s’agit ainsi de former le futur citoyen aux choix complexes qui mettent en jeu le développement durable dans son existence personnelle et dans la société dans laquelle il vit. S’appuyant sur des approches transversales, la démarche « E3D » intègre les enseignements, ainsi que la diversité de projets possibles permettant de vivre l’établissement comme un lieu d’apprentissage global du développement durable, ancré dans son territoire. L’éducation au développement durable invite ainsi à tisser des réseaux transversaux de connaissances et de compétences entre les enseignements, les projets d’établissements et les nombreuses initiatives comme les actions éducatives et culturelles conduites sur le temps scolaire ou en dehors du temps scolaire, avec les partenaires de l’École.

La démarche est réalisée en relation étroite avec les collectivités territoriales, parties prenantes du fonctionnement de l’école ou de l’établissement. Elle se déploie dans le temps : elle est plus aisément mise en œuvre, acceptée et soutenable si elle est installée de manière progressive et gagne ainsi en efficacité opérationnelle et éducative. Les conseils de la vie lycéenne peuvent s’y investir. La démarche E3D prend en compte les spécificités du 1er et du 2nd degrés, en s’appuyant en particulier sur les programmes scolaires. La démarche peut aussi être conçue de manière intégrée entre les différents cycles en impliquant, sur un même territoire écoles, collèges, lycées et enseignement supérieur. L’initiative peut venir d’acteurs divers de la communauté éducative.

Des choix sont faits en fonction du diagnostic et des réalités de l’établissement, qui s’accompagnent de perspectives d’évolution sur plusieurs années. Dans le cas des établissements technologiques et professionnels, le lien avec le monde de l’entreprise peut être utilement intégré à la démarche, de même que le lien entre théorie et pratique au niveau des apprentissages, permettant ainsi aux élèves de mettre en contexte leur engagement et l’intérêt de celui-ci en termes d’insertion socioprofessionnelle. L’E3D peut impliquer l’ensemble de la communauté éducative de l’école ou de l’établissement, en intégrant les enseignants de toutes les disciplines, les élèves, les personnels de direction, de santé et sociaux, d’encadrement et d’entretien, ainsi que les parents d’élèves. Le chef d’établissement porte explicitement la démarche. Il nomme un référent parmi les membres du personnel. Les enseignements disciplinaires doivent impérativement être mobilisés.

Les différents dispositifs d’aide, d’accompagnement et de soutien peuvent aussi être engagés. Le projet E3D prend appui sur un ensemble de connaissances et de compétences qui correspondent aux programmes d’enseignement, garants de la dimension scientifique des notions et des savoirs abordés. L’intégration de l’E3D au projet d’école ou d’établissement favorise l’implication des élèves et de l’ensemble de la communauté éducative dans un projet citoyen commun et concret de développement durable. E3D et l’enrichir, voire servir de point d’appui pour la lancer.

Ces évolutions peuvent se retrouver dans le règlement intérieur, acquérant ainsi d’autant plus de force qu’elles trouvent leur origine dans des propositions formulées par les acteurs de l’École eux-mêmes. Cette traduction réglementaire est un des outils essentiels pour institutionnaliser et pérenniser la démarche. Cela permet ainsi d’engager la structure scolaire dans une démarche d’administration exemplaire. La réussite de cette démarche sur la durée dans un établissement d’enseignement implique qu’elle s’inscrive dans un projet pédagogique qui puisse s’élargir à l’ensemble de la communauté éducative. La démarche E3D nécessite une coordination avec les acteurs locaux.

Le comité académique d’éducation au développement durable peut jouer un rôle facilitateur dans cette recherche de partenaires. Le Centre de documentation et d’information est un lieu privilégié de conservation de ce patrimoine, où les différents acteurs viendront naturellement le rechercher. Le professeur documentaliste peut jouer un rôle déterminant dans le développement de la démarche. L’élaboration d’une culture du développement durable au sein d’une école ou d’un établissement permet de garantir que l’élève en bénéficie tout au long des années qu’il y passe. Les écoles, les collèges et les lycées développent une communication sur leur démarche, tant en interne que vers l’extérieur. Cette communication permet de valoriser le projet en cours et de partager l’expérience acquise.