La Révolte des Natchez PDF

Cet article est une ébauche concernant la Nouvelle-France, l’histoire des États-Unis et les Nord-Amérindiens. Photo prise sur le site de Grand Village des Natchez, montrant la reconstitution d’une hutte en torchis, et un tumulus en arrière-plan. Les Natchez sont un peuple amérindien qui vivait dans la région de l’actuelle ville de Natchez dans le Mississippi. Vers 1730, après plusieurs guerres contre les Français, les Natchez la Révolte des Natchez PDF vaincus et dispersés.


Le 28 novembre 1729, les Indiens Natchez de Louisiane attaquent les colons et les soldats français qui demeurent à proximité. En quelques heures, ils massacrent plus de 200 personnes. À cette date, on observe une véritable rupture dans l’histoire des relations franco-autochtones. Si Chateaubriand a fait de cet événement une fresque romantique, Arnaud Balvay enquête pour savoir s’il y avait véritablement un complot général visant à détruire la colonie louisianaise.

Durant ses explorations du Mississippi, Pierre Le Moyne d’Iberville rencontre fréquemment les Natchez avec qui il tiendra une rencontre diplomatique en 1700, ouvrant une période de relations cordiales avec ce peuple considéré alors comme pacifique et socialement très bien organisé. On estime alors leur population à 3 500 personnes. L’arrivée en 1713 du gouverneur Antoine de Lamothe-Cadillac met cependant en péril la bonne entente entre les Amérindiens et les Français. Cadillac passe par les terres des Natchez et refuse même de fumer le calumet de paix avec eux, ce qui est interprété comme un geste hostile.

Durant les années 1720, la colonie connaît un essor. La cohabitation entre les Français et les Natchez se déroule pacifiquement, malgré des frictions. Le Fort Rosalie devient un lieu de rencontre et d’entrepôt de provisions. Des accrochages, dont un raid en 1723 durant lequel plusieurs Natchez sont tués par les Français, enveniment la situation. La mort de Grand Soleil en 1728, le plus fidèle allié des Français chez les Natchez, fragilise la colonie. Ils massacrent en deux heures plus de 200 colons — soit un huitième de la population blanche implantée alors le long du Mississippi. Ils mettent le feu au Fort Rosalie.

Plus au nord, le poste de Yazoo est également décimé par la tribu Yazoo. Les Natchez honoraient leurs divinités dans des temples : dans l’un d’entre eux, le feu sacré ne devait jamais cesser de brûler. Les villages étaient quadrillés par un réseau de voies qui menaient à une place centrale comme chez les Mound Builders et les civilisations mississippiennes. Les Natchez vivaient sur des fermes familiales bâties près des cours d’eau et le long de chemins reliant les fermes entre elles et des centres sacrés où se tiennent des cérémonies religieuses et des événements sociaux.

François-René de Chateaubriand, Les Natchez, éditions Le Livre de Poche, La Pléiade. Angie Debo, Histoire des Indiens des États-Unis, Paris, Albin Michel, 1994, p. J’étais encore très jeune lorsque je conçus l’idée de faire l’épopée de l’homme de la nature, ou de peindre les mœurs des sauvages, en les liant à quelque événement connu. Après la découverte de l’Amérique, je ne vis pas de sujet plus intéressant, surtout pour les Français, que le massacre de la colonie des Natchez à la Louisiane, en 17271. Gilles Havard et Cécile Vidal, Histoire de l’Amérique française, Flammarion, 2003, p. Rechercher les pages comportant ce texte.