La rivière du paradis PDF

Une preuve de plus de la nocivité du référendum d’la rivière du paradis PDF citoyenne s’il devait être ouvert a tous les sujets, à toutes les pressions des lobbies et à tous les vents de la démagogie, plutôt que réservé, comme le propose le Parti de la France depuis dix ans, aux grandes questions intéressant l’organisation des pouvoirs publics, les traités internationaux ou les sujets de société engageant notre existence nationale ou notre éthique civilisationnelle. Contre-productif dans ses effets, entraînant une fuite des capitaux massive, une perte en investissement, un recul de l’emploi et, au final, une perte pour la richesse nationale que l’Institut Montaigne chiffrait en 2017 à plusieurs dizaines de milliards d’euros.


Sylvie Tissier, traductrice dans un grand groupe de travaux publics, a longtemps parcouru les rivières du monde entier avec son mari et son fils, du Kurdistan irakien au Labrador, de l’Alaska à l’Ecosse, de l’Afrique subsaharienne à sa Normandie chérie à la recherche de sa rivière du paradis. Sylvie Tissier nous livre ici le récit de toutes ses dans un style alerte qui permet à chacun de vivre l’émotion des prises de saumons et de truites, d’épouser la beauté des paysages, de partir à la rencontre de pêcheurs du bout du monde. Ce récit est aussi hommage et invitation. Un hommage à son mari et à son fils, une apologie de l’art de la mouche, une ode aux saumons et truites, un éloge à la beauté de la nature et à la diversité culturelle. Une invitation à rechercher le bonheur malgré les difficultés de la vie, une exhortation au dépassement de soi, une incitation au partage d’aventures humaines.

Rien de bon pour le peuple français ne sortira du fiscalisme et de l’hyper taxation. Rien de bon ne sortira d’une nouvelle forme de lutte des classes où seraient opposés classes moyennes et supposés riches selon la doxa néo marxiste. S’il est nécessaire de défendre les plus pauvres et les plus exposés de nos compatriotes, il est mensonger et destructeur de faire souffler comme le font syndicats et extrême gauche, le vent de la haine sociale. Au total c’est quarante à cinquante milliards que pourraient ainsi dégager les pouvoirs publics. Quarante à cinquante milliards qui, dans un État national serviraient à la reconstruction d’une France forte et puissante, à la sécurité des personnes et des biens, au redéploiement économique, à la relance de l’emploi, à la santé publique, à la défense de nos retraites et au relèvement du pouvoir d’achat de chaque Français. Starbucks a annoncé ce mardi qu’elle allait embaucher 2.

500 pseudo-réfugiés dans ses cafés en Europe. La chaîne de cafés américaine a débuté sa phase de recrutement dans huit pays européens : l’Allemagne, l’Autriche, l’Espagne, la France, la Grande-Bretagne, les Pays-Bas, le Portugal et la Suisse, rapporte Le Figaro. La décision de Starbucks d’engager des réfugiés était une réponse au décret de Donald Trump, interdisant l’entrée sur le sol des États-Unis de sept pays majoritairement musulmans, rappelle Le Figaro. Uber et d’autres grandes entreprises américaines avaient également pris position à l’époque.

Tout comme l’initiative du président américain, le plan de recrutement de Starbucks avait été mal accepté par certains citoyens américains. En Europe, les critiques sont moins vives même si certains expriment leur désapprobation sur Twitter, note le quotidien. Mais en dépit de la polémique, Starbucks, qui cherche à développer son image éthique, ne reculera pas. Ce plan montre que les grandes entreprises « peuvent utiliser leur taille pour avoir un impact positif sur la vie des gens », a déclaré Martin Brok, président de Starbucks Europe, Afrique et Moyen-Orient.

Gilets jaunes : la Justice est là pour rendre la Justice. Et manifestement c’est loin d’être fini. Des anecdotes effarantes remontent de toute la France sur ce qui est en train de se passer. Tel sera condamné à six mois de prison ferme pour avoir partagé un statut sur Facebook, tel autre à 28 mois tout aussi fermes, sans avoir été défendu par un avocat, au prétexte selon la présidente du tribunal « que cela n’aurait rien changé ». Il y a des dizaines et des dizaines d’autres histoires qui font froid dans le dos. Préférer l’ordre à la justice ?

Alors vient à l’esprit la question : comment le corps de la magistrature dont les organisations syndicales aujourd’hui muettes, nous rebattent les oreilles avec son indépendance et son impartialité depuis 30 ans accepte-t-il de devenir ainsi l’instrument de la violence d’un parti de l’ordre à ce point déchaîné ? Comment oublie-t-on ainsi que la justice se rend au nom du peuple français ? On pouvait penser que cette connivence de la haute fonction publique judiciaire avec le plus haut niveau du pouvoir d’État reposait sur des affinités sociologiques, idéologiques, voire politiques et ne concernait que cette couche. Malheureusement ce qui vient de se produire, cette façon dont l’appareil judiciaire, n’hésitant pas devant des illégalités parfois flagrantes, s’est mis avec zèle au service d’une répression de masse contre le mouvement des gilets jaunes, et avec une violence sans précédent depuis la fin de la guerre d’Algérie, démontre que le mal est beaucoup plus profond. La justice française se vit toujours comme  un outil de maintien de l’ordre au service du pouvoir en place.

C’est toujours le cas aujourd’hui, et la démonstration que l’on vient de nous faire est une véritable catastrophe institutionnelle. La défiance envers l’institution judiciaire va redevenir massive et pour très longtemps. Ce n’est pas une bonne nouvelle. Bonjour, nous sommes désolés d’apprendre ce qu’il s’est passé.