La vie privée au travail PDF

Les limites de la vie privée ainsi que ce qui est considéré comme privé diffèrent selon les groupes, les cultures et les individus, selon les coutumes et les traditions bien qu’il existe toujours un certain tronc commun. La vie privée peut parfois s’apparenter la vie privée au travail PDF l’anonymat et à la volonté de rester hors de la vie publique.


Le droit à la vie privée, garanti notamment par l’article 8 de la Convention européenne des droits de l’homme et l’article 22 de la Constitution, ne s’arrête pas aux portes de l’entreprise. Au contraire, dans un nombre croissant de situations, le droit à la vie privée du travailleur entre en conflit avec le pouvoir de contrôle caractéristique de la relation de travail subordonnée. Cette problématique a connu des développements récents, tant par la jurisprudence des juridictions suprêmes que par de nouvelles problématiques. Le contrôle, par l’employeur, du profil du candidat à l’emploi sur les sites de socialisation (Facebook, Linkedin,..) ou le port du voile au travail sont autant de questions qui ont fait surface ces dernières années. L’objectif de cet ouvrage est de circonscrire ce débat et d’apporter les éléments théoriques permettant d’appréhender ces problématiques. Cet ouvrage se veut multidisciplinaire au niveau juridique, puisqu’il rassemble des intervenants issus tant du droit public que du droit social.

Quand quelque chose est dit  privé  pour une personne, cela signifie que généralement qu’à cette chose sont rattachés des sentiments spéciaux et personnels. Dans beaucoup de pays, il existe des lois qui sanctionnent les invasions dans la vie privée par le gouvernement, les corporations ou les individus. Ces lois peuvent parfois même se trouver dans la Constitution. La vie privée est également une notion impliquant celle de  respect de la vie privée  qui fait partie des notions plus générales de propriété privée et de bonnes mœurs. 8 de la Convention européenne des droits de l’homme et à l’article 17 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques.

La notion de vie privée suppose les notions de liberté de conscience et de propriété privée et s’oppose à celle d’état civil. Par exemple, si le fait d’avoir un amant ou une maîtresse relève de la vie privée, celui d’avoir des enfants relève de l’état civil. Le concept de vie privée a également des origines philosophiques assez anciennes. Combinées aux évolutions sociologiques qui les accompagneront, ces idées feront leur chemin jusqu’à trouver leur place dans des textes légaux majeurs, telles que les constitutions et les traités internationaux.

Un facteur majeur qui accentuera la pertinence du concept est bien entendu l’évolution des techniques : l’apparition de la photographie, la presse, et plus tard, le développement des réseaux informatiques et des moyens de communication. Ces différents concepts trouvent leur justification juridique dans des concepts variés tels que le droit de propriété, le droit d’auteur, etc. Les droits protégés sont énoncés par la Convention dans son titre I et ses Protocoles 1, 4, 6 et 7. Il s’agit avant tout de droits individuels, c’est-à-dire de droits dont l’individu est titulaire. Ils visent à protéger la liberté et la dignité de l’homme : ce sont des droits civils et politiques. Les droits économiques et sociaux sont eux énoncés dans la Charte sociale européenne de Turin de 1961, qui fait seulement l’objet d’un contrôle non judiciaire, par voie de rapports.

Si la CEDH est plus précise que la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948, elle n’est guère originale. Ensuite s’y ajoutent les analyses nées de la peur inspirée par la collecte de données concernant les individus, et de la croyance développée par Michel Foucault que le Savoir est irrémédiablement lié au Pouvoir. Les défenseurs de la vie privée voient en elle le moyen de lutter contre l’apparition d’une  société de contrôle . Le problème que pointe une certaine critique sociale et sociologique, plus ou moins dans la perspective de Bourdieu, consisterait plutôt à soutenir que ce problème n’est pas la collecte d’informations, mais que tout le monde n’ait pas accès à ces informations. Quelques sociologues ne considèrent pas le respect de la vie privée comme une solution pour la société moderne, mais au contraire comme le problème.

La question se pose de savoir si l’appartenance religieuse relève de la vie privée. Le Code pénal réprimant toute discrimination en fonction de celle-ci, cela suppose qu’elle peut être invoquée en dehors de la vie privée bien qu’elle ne relève pas, en France, de l’état civil. Warren et Brandeis distinguent clairement vie privée de secret. La distinction est parfois moins nette et Jean-Paul Sartre, par exemple, s’est expliqué par interview n’avoir pas davantage de tabous sur la vie privée de ses amis proches :  Je ne voyais pas d’inconvénient à lire une lettre qui ne m’était pas adressée, et ne comprenais pas le moins du monde qu’on pût s’en formaliser , expliquait-il. Dans la vie politique, la vie privée est souvent mise en avant par les hommes politiques pour cacher ce qui pourrait nuire à leur carrière. On a vu ainsi des dirigeants mener une politique homophobe en étant eux-mêmes homosexuels, ou plus généralement mettre en avant leur intégrité morale, tout en menant une vie dissolue.

Mais certains estiment qu’on ne doit juger un homme que sur ce qu’il montre, compétence affichée ou incapacité apparente à occuper un poste. Un amateur qui admire une personne s’estime fondé à tout découvrir sur elle, par tous les moyens possibles, sans intention de nuire – bien au contraire – et parfois pas même de publier. Il y a des affirmations que la vie privée est déjà finie dans la vie moderne. Ces annonces sont erronées et politiquement biaisées. En tout cas, cela montre que l’on a moins de vie privée quand la surveillance est devenue participative. Il y a un programme PRISM pour superviser les comportements des internautes.