Le Développement de la paléontologie PDF

La création de l’Institut de Paléontologie humaine, il y le Développement de la paléontologie PDF un siècle, en 1910, par le Prince Souverain Albert 1er de Monaco marque une étape majeure dans le mouvement de professionnalisation de la science préhistorique. Pour la première fois des chercheurs vont bénéficier de moyens pérennes pour mener à bien leurs recherches sur l’homme fossile, de la fouille à la publication.


Grâce à des naturalistes d’exception de la première moitié du XIXème siècle, la contemporanéité de l’Homme et d’espèces disparues a été établie tandis que c’est l’authentification, en 1859, des découvertes de Jacques Boucher de Pertes par les paléontologues anglais Falconer, Prestwich et Evans et le Français Albert Gaudry qui marque la reconnaissance officielle de la préhistoire. Par la suite, c’est une école française de la préhistoire que se développa autour de personnalités comme Edouard Lartet, Emile Cartailhac, Edouard Piette, Emile Rivière ou Gabriel de Mortillet. A la suite de leurs travaux, de multiples chantiers de fouilles furent ouverts qui permirent de reconnaître in situ les diverses civilisations préhistoriques qui se sont succédé et de constituer de formidables collections. Cependant, au début du XXème siècle, il n’existait toujours pas de reconnaissance académique ou de structures pérennes de recherche dans ce domaine scientifique. L’Abbé Breuil pouvait alors écrire : « Que n’obtiendrait-on, si des hommes, rompus aux disciplines scientifiques, libres de leur temps, armés des moyens essentiels, pouvaient consacrer aux recherches leur existence, fouiller, explorer, publier ?

C’est sur les conseils de l’abbé Henri Breuil et de Marcellin Boule, professeur de Paléontologie au Muséum National d’Histoire Naturelle, et après une visite des grottes ornées des Pyrénées Cantabriques, en juillet 1909, que le Prince Albert 1er de Monaco décide de créer l’Institut de Paléontologie Humaine, qu’il finance de ses propres deniers. Le Prince confie alors à deux grands prix de Rome, l’architecte Emmanuel Pontremoli et le sculpteur Constant Roux, la réalisation du bâtiment qui abritera les activités de ce nouvel institut, vaste et élégant tout en étant conforme à son usage scientifique. Tandis que les travaux ne commenceront qu’en 1912, le premier Conseil d’administration a déjà eu lieu, le 24 janvier 1911, et les professeurs des différentes chaires sont désignés : Henri Breuil pour l’ethnographie préhistorique, Hugo Obermaier pour la géologie appliquée à la préhistoire et René Verneau pour l’anthropologie préhistorique. L’établissement, construit sur une partie d’un ancien marché aux chevaux, proche du Jardin des Plantes, occupe une surface de 1200 m2 environ, avec 3 façades donnant sur la rue René Panhard, le boulevard Saint-Marcel et la rue des Wallons.

Par son aspect à la fois robuste et élégant, ses façades en pierres d’Euville, allégées de remplissages de briques, sa porte d’entrée monumentale surmontée des armes du Prince de Monaco, et sa frise en bas-relief du sculpteur Constant Roux courant sur les trois façades, l’Institut de Paléontologie Humaine demeure un monument de grand style architectural, entre éclectisme et modernisme. Le programme iconographique est original pour l’époque. Il doit évoquer le comparatisme ethnographique qui est pratiqué par les chercheurs de l’institut. Ainsi des peuples traditionnels de chasseurs-cueilleurs sont saisis dans leurs activités quotidiennes : chasse au bison, cuisson du poisson chez les Fuégiens ou réparation d’une embarcation chez les aborigènes d’Australie. Pour la réalisation de l’Institut de Paléontologie Humaine, l’architecte, Emmanuel Pontremoli, et le sculpteur, Constant Roux, recevront le prix Lheureux de la Ville de Paris, respectivement en 1913 et 1917. L’inauguration officielle se déroula le 23 décembre 1920 en présence du Président de la République, Alexandre Millerand, du Ministre de l’Instruction publique, André Honnorat et des plus hautes autorités politiques et universitaires.

Le Prince Albert 1er de Monaco a témoigné très tôt de son intérêt pour les sciences naturelles, notamment pour l’océanographie et la paléontologie humaine. En créant, dès le début du XXème siècle, des institutions telles que l’Institut océanographique et l’Institut de Paléontologie Humaine, à Paris, et le Musée d’anthropologie préhistorique et le Musée océanographique à Monaco, le Prince, mécène tout autant que savant, a joué un rôle moteur pour le développement et l’institutionnalisation de ces disciplines. Pour le Prince, il est impératif que la recherche scientifique se fonde sur des observations et des expériences précises et rigoureuses. Sa volonté formelle est de participer, à titre personnel et de façon directe, à la recherche.