Le vélo vu par Laurent Jalabert PDF

Maillot de Festina, l’équipe cycliste le vélo vu par Laurent Jalabert PDF dans le scandale du dopage sur le Tour de France 1998. L’affaire Festina est une affaire de dopage qui a touché le cyclisme professionnel en 1998.


Laurent Jalabert, l’un des plus grands champions du cyclisme français dans les années 1990 et 2000, a ébloui des années durant les plus grands connaisseurs de ce sport. De ses débuts professionnels chez Toshiba en 1989 à la fin de sa carrière en 2002, Laurent Jalabert a voué une véritable passion au vélo, passion qui continue de l’animer aujourd’hui encore puisqu’il est devenu le consultant omnisports préféré des Français, notamment sur France Télévisions où il officie chaque été pendant toute la durée du Tour de France. En une cinquantaine de mots-clés, il évoque dans cet ouvrage ses années de compétiteur. ses victoires, ses joies. I ses déceptions. ses coups de gueule… D’amateurs à Zolder, en passant par anciens, champion, classiques, dopage, Fignoa, Hinault, Merckx, panache, trophées ou encore victoires, Laurent Jalabert analyse dans ce dictionnaire amoureux, avec une légitimité incontestable, ce sport auquel il a consacré la majeure partie de sa vie.

Cette affaire démarre trois jours avant le Tour de France 1998, dont le départ est donné à Dublin en Irlande. Comment vais-je faire pour mes produits ? Placé en garde à vue, Willy Voet avoue trois jours plus tard et dénonce un dopage organisé et médicalisé au sein de son équipe. Une information judiciaire est ouverte par le juge d’instruction lillois Patrick Keil le 10 juillet pour importation en contrebande et circulation irrégulière de marchandises prohibées. Roussel avoue lui aussi l’existence d’un dopage organisé au sein de l’équipe.

Les accusations de Voet, Ryckaert et Roussel dénoncent très vite des coureurs comme Richard Virenque, Laurent Brochard et Alex Zülle. D’autres coureurs, de cette même équipe, sont également impliqués à l’image de Laurent Dufaux, Armin Meier, Christophe Moreau, Pascal Hervé et Gilles Bouvard. Le lendemain, Virenque et les siens qui refusent cette exclusion négocient avec la direction du Tour dans l’arrière-salle de Chez Gillou, petit café de campagne à Saint-Priest-de-Gimel, à côté de Corrèze-Gare, juste avant le départ du contre-la-montre auquel ils comptent bien participer. Finalement Virenque improvise une conférence de presse.

L’équipe Festina est définitivement mise hors course le 18 juillet 1998 à Brive-la-Gaillarde. Le 23 juillet 1998, à Lyon, les neuf coureurs de Festina sont entendus comme témoins à l’hôtel de police de Lyon. Des prélèvements de sang, de cheveux et d’urines sont pratiqués en vue d’analyse. Interrogés, certains avouent s’être dopés de leur plein gré, à l’exception de Richard Virenque, Pascal Hervé et Neil Stephens. Le lendemain, la police perquisitionne les hôtels et les camions de certaines équipes, ce qui provoque l’irritation des coureurs, dont Laurent Jalabert. Le 31 juillet 1998, l’équipe TVM se retire de la course.

Willy Voet est condamné à 10 mois de prison avec sursis et 30 000 francs d’amende. Blandine Hennion,  Le marathon antidopage de Buffet : Depuis juin 1997, la ministre des sports mène l’offensive , sur liberation. Nicolas Offenstadt, Stéphane Van Damme, Affaires, scandales et grandes causes, Stock, 2007, p. Autopsie d’un système corrompu, La Martinière, 2013, p. Descente de police sur le tour , sur ladepeche. Jean-Emmanuel Ducoin,  Dopage: la roue tourne enfin ? Blandine Hennion et Jean-Louis Le Touzet,  Dopage: les coureurs français de Festina en sursis.