Le val de loire PDF

L’aéroport le val de loire PDF Tours Val de Loire est un aéroport du département d’Indre-et-Loire. Il est situé à cheval sur les communes de Tours et de Parçay-Meslay. Il est ouvert au trafic national et international commercial, régulier ou non, aux avions privés, aux IFR et aux VFR.


Il n’est cependant pas accessible aux gros appareils civils, les moyens de secours présents sur l’aéroport n’étant pour l’instant pas équipés pour intervenir de manière satisfaisante en cas d’urgence pour ces types d’avion. La création de  l’aérodrome de Tours St Symphorien  remonte aux années 1930 en tant que terrain militaire. L’aéroport développera une offre de vols commerciaux à partir de 1968 grâce à la compagnie régionale TAT, fondée à Tours sous la dénomination  Touraine Air Transport . Tours-Lyon sans interruption et la liaison Tours – Londres de manière plus saisonnière.

La compagnie TAT connaîtra le même funeste sort que la plupart des compagnies aériennes régionales françaises. Michel Marchais, PDG de TAT adosse dans un premier temps sa compagnie à Air France avant de la vendre à British Airways en 1993. Cette fusion sera finalement peu profitable dans un contexte de concurrence naissante et exarcerbée. British Airways cède à son tour Air Liberté à Swissair qui ne conserve sur la plateforme tourangelle que la ligne vers Lyon. Pourtant, entre-temps, la révolution low-cost allait faire mentir ceux qui jugeaient que la plateforme de Tours n’avait aucun avenir.

En 10 ans, Tours Val de Loire est devenu le plus important aéroport du Centre-Ouest, finissant par dépasser, pour ce qui est de la desserte et du trafic, celui de Poitiers qui était jusqu’alors le seul à avoir un trafic dépassant les 100 000 voyageurs annuels. La SEMAVAL, gestionnaire public de l’aéroport de 1990 à 2008 aurait pu fermer l’aéroport si elle n’avait pas su convaincre que le potentiel du Val de Loire méritait qu’on y teste une liaison avec Londres grâce au modèle low cost alors naissant. Buzz est rachetée en 2003 par Ryanair qui maintient la liaison. Bien que la plateforme tourangelle ne soit pas une priorité dans son développement à marche forcée, la compagnie irlandaise constate le potentiel de l’aéroport qui approche alors chaque année sans pourtant l’atteindre du seuil fatidique des 100 000 passagers annuels. Centre fait un certain nombre de remarques à la SEMAVAL quant aux relations commerciales avec Ryanair. Ryanair l’ouverture de nouvelles liaisons au départ de Tours.