Les Alchimistes de Bourges PDF

Sous le nom de Fulcanelli parurent Le Mystère des cathédrales en 1926, et Les Demeures philosophales en 1930. L’œuvre de Fulcanelli est discutée par des historiens comme Robert Halleux et Didier Kahn, qui contestent la pertinence d’une interprétation alchimique des édifices étudiés. Eugène Canseliet, auteur des préfaces des deux ouvrages de Fulcanelli et qui se présentait comme disciple en alchimie de celui-ci, raconte qu’il a fréquenté Fulcanelli de 1916 à 1922, et qu’il a assisté à une transmutation en 1922, à Sarcelles. Il aurait consacré sa vie à l’alchimie et à la réalisation du grand œuvre, le rêve des alchimistes, soit le fait de découvrir les secrets de la pierre philosophale permettant la transmutation du plomb les Alchimistes de Bourges PDF or et la vie éternelle.


Comme toutes les grandes cités dont l’histoire est ancienne de plusieurs millénaires, Bourges a fait des adeptes dans les sciences les plus obscures. Du secret des Templiers à l’Alchimie, périodiquement, des révélations sont portées à la connaissance du public. L’alchimie a fait rêver, a fait parler et beaucoup croient, en 2012, en ses vertus. Il faut dire que la recherche de la pierre philosophale permet d’obtenir la fortune, la santé et l’immortalité, et pour certains, en prime, la sagesse, un programme que nul ne peut négliger. En France, l’hôtel Lallemant, situé à Bourges, est pour les spécialistes le haut lieu de l’alchimie. Les Symboles gravés dans la pierre en sont la preuve, il faut maintenant déchiffrer tout cela.

Fulcanelli aurait dû être âgé de 113 ans. Eugène Canseliet, auteur des préfaces du Mystère des cathédrales et des Demeures philosophales. Albert de Lapparent, selon Christophe de Cène. L’ésotériste Mark Hedsel, qui a déclaré savoir que Fulcanelli, toujours vivant, vit à Florence en Italie. Pierre de Lesseps, l’un des trois fils de l’homme du canal de Suez, selon Serge Hutin : L’alchimie, éditions Que Sais-je?

Le château de Dampierre-sur-Boutonne, longuement analysé dans Les Demeures philosophales. Le Mystère des cathédrales paru en 1926 a pris, avec Les Demeures philosophales qui le suivront, une importance majeure dans l’histoire de l’alchimie. Il prétend poser un autre regard sur l’art gothique français, en s’intéressant à l’interprétation de la symbolique selon lui assurément laissée par les alchimistes dans la pierre. Les Demeures philosophales, parues en 1930, prétendent mettre en évidence l’importance de la symbolique alchimique et d’un certain type de langage ésotérique dans l’histoire et l’architecture, grâce à divers exemples. Le livre Les Demeures philosophales évoque également le langage codé des alchimistes et hermétistes, appelé la langue des oiseaux :  La langue des oiseaux est un idiome phonétique basé uniquement sur l’assonance. L’ouvrage se conclut par une mise en garde touchant aux dangers d’un progrès scientifique illimité.