Les Alliés occidentaux et les universités allemandes, 1945-1949 PDF

Les Alliés occidentaux et les universités allemandes, 1945-1949 PDF détaillé : Occupation de l’Allemagne après la Seconde Guerre mondiale. Les campagnes et l’Est de l’Allemagne sont relativement épargnés par les bombardements alliés.


1,86 million des logements sont inhabitables et 3,6 millions sont sérieusement endommagés. 20 millions d’Allemands n’ont plus de logements. Les villes ne sont plus approvisionnées en eau, en gaz et en électricité. Un an après la fin de la guerre, seulement 8 millions de logements sont à nouveau habitables, alors que 14 millions de personnes sont encore sans abris.

Les femmes doivent autant que possible amorcer le déblaiement des rues et reconstruire sans l’aide des machines, souvent détruites. 11 millions d’hommes de la Wehrmacht sont parqués dans des camps de prisonniers de guerre de fortune dont 3,3 millions en URSS. 14,16 millions de personnes d’origine allemande sont expulsées de leurs foyers d’Europe centrale et orientale, migration forcée qui entraîne la mort de 1,71 million d’entre eux. Paysans allemands en récolte en 1946.

La destruction du réseau de transports rend l’approvisionnement de certaines régions très compliqué. Les Allemands doivent échanger des biens contre de la nourriture dans les campagnes et pratiquer le marché noir pour survivre. Alliés s’accordent à dire que les grandes industries allemandes ont été un soutien de poids dans la montée en puissance d’Hitler. Le 5 juin 1947, le ministre américain des Affaires étrangères, George C.

Dans la zone d’occupation soviétique, la reconstruction se fait beaucoup plus lentement que dans les zones d’occupation occidentales. L’Union soviétique s’octroie des réparations sous la forme de machines-outils et d’infrastructures comme les locomotives et les rails de chemins de fer. C’est pour cela que la situation jusqu’en 1948 ne s’améliore pas. Puis l’URSS reconstruit la RDA sur le modèle économique soviétique. Alliés après leur victoire sur le Troisième Reich en 1945. Décidée lors de la conférence de Potsdam et approuvée par les quatre puissances vainqueurs, la dénazification a néanmoins été menée de façon différente suivant les zones d’occupation.

Le but principal et commun des Alliés était d’empêcher la réapparition d’une Allemagne totalitaire et criminelle. Les principaux représentants du régime national-socialiste sont punis pour crime contre la paix, crime de guerre et crime contre l’humanité. Les Soviétiques sont plus radicaux : c’est dans leur zone que les plus grandes purges ont eu lieu, le but étant de construire une Allemagne  démocratique  et antifasciste. Après la fin du Troisième Reich, les puissances d’occupation entendent favoriser la renaissance d’une vie démocratique dans l’Allemagne d’après-guerre.

Chacune d’entre elles étant souveraine dans sa zone, ce processus se déroule selon des rythmes différents. Les quatre partis communiste, social-démocrate, chrétien-démocrate et libéral ont donc été fondés ou refondés dans les quatre zones d’occupation. Articles détaillés : Histoire de la RDA et Allemagne de l’Ouest. Rapidement après le début de l’occupation de l’Allemagne par les Alliés, la situation se dégrade entre les trois puissances occidentales et l’URSS entraînant leur zone d’occupation respective dans des directions différentes au fil de la guerre froide naissante. Afin de mettre un terme au désordre économique et monétaire qui provoque une forte inflation en Allemagne, les États-Unis, le Royaume-Uni et la France mettent en place une réforme économique dans leurs zones respectives. La création prochaine de la République fédérale d’Allemagne est décidée lors de la conférence de Londres réunissant, début 1948, le Royaume-Uni, les États-Unis, la France et les pays du Benelux. En octobre 1949, la RDA est reconnue par les États du bloc de l’Est.