Les sociétés d’Europe du XXe au XXIe siècle – La fin de la modernité européenne ? PDF

Claire Chevrier, les sociétés d’Europe du XXe au XXIe siècle – La fin de la modernité européenne ? PDF et enseignante à l’ENSA-V participe à cette exposition. L’Ecole nationale supérieure d’architecture de Versailles accueille tous ceux qui souhaitent s’informer sur ses formations et ses conditions d’admission.


Comment faire la sociologie de l’Europe ? Comment a-t-elle évolué au cours de la seconde moitié du XXe siècle ? Qu’est-ce qui la relie au reste du monde ? Où va-t-elle en ce début de XXIe siècle ? En développant une sociologie comparative et historique des sociétés européennes à partir de l’analyse de données macrosociologiques, économiques, géographiques et culturelles, Göran Therborn présente une image inédite de la réalité sociale du continent, de sa diversité et de ses dynamiques de transformation de 1945 à nos jours. 
L’« Europe » n’est pas confinée ici à sa partie occidentale, et encore moins à la seule Union européenne, mais s’étend de l’Atlantique à l’Oural. À travers le croisement systématique des destinées de l’Europe de l’Ouest et de l’Est, avant, pendant et après la période communiste, cet ouvrage fondamental, véritable manuel de sociologie générale et comparative, interroge la trajectoire et la signification de la modernité européenne.

L’ENSA-V propose une formation au BIM réservée aux professionnels. Ce mémoire a été refusé en Mai 2008. Un second mémoire a été présenté en Septembre 2008. Il a été soutenu et validé. Il s’agit de penser notre temps à l’aide de concepts et modèles plus appropriés à la situation. En connaître les limites n’empêche pas de penser et de croiser les approches pour réfléchir à notre condition humaine à l’aube de ce nouveau millénaire.

Il s’agit des changements dans l’histoire des sciences, de l’évolution des théories. Le paradigme est un modèle théorique de pensée, qui oriente la réflexion et la recherche scientifique. Pour cet auteur, l’histoire de la science est discontinue. C’est une période qui vient après la modernité. Pourtant, il est difficile de dater le passage de la modernité à la postmodernité. Pour beaucoup de gens, la modernité continue encore à fonctionner.

Pour ce qui nous concerne, la postmodernité c’est notre temps, elle vient en continuité et en rupture avec la modernité. La pensée de Marx est en continuité avec la pensée moderne, notamment sur le rôle du progrès et de la science, sur la visée d’émancipation, mais il introduit aussi une rupture. Il commence par constater que l’histoire humaine est l’histoire de la lutte de classe. Pour lui, il n’y a pas de nature humaine, mais une ou plutôt des conditions humaines. Un se divise en deux : la société est une unité qui contient au moins deux classes : la bourgeoisie et le prolétariat. La démocratie Le concept de démocratie était important pour la modernité. Dans le contexte postmoderne, la notion de démocratie ne fait pas débat.

Elle est mise en œuvre et la philosophie n’aborde pas ce sujet en tant que tel. Personne ne semble vouloir revenir en arrière. Ce qui peut faire débat, c’est le fait qu’elle est limitée. Par exemple, toutes les personnes qui vivent en France n’ont pas le droit de vote. La raison est partagée par tous les êtres humains.