Philosophie du droit PDF

Le point de vue philosophique sur philosophie du droit PDF suicide dépend du courant, de l’époque et de l’auteur considéré. Cependant, pour les auteurs croyants, il rejoint souvent celui de leur religion.


Reprint des deux volumes parus en 1984 et 1986 dans la collection des Précis Dalloz.
Les deux tomes sont réunis en un seul volume comportant deux parties :
-Définitions et fins du droit
-Les moyens du droit

Le bonheur est chose absolument impossible, car le corps est accablé de nombreuses souffrances, l’âme qui participe à ces souffrances du corps en est aussi troublée, enfin la Fortune empêche la réalisation de bon nombre de nos espoirs, si bien que pour ces raisons le bonheur n’a pas d’existence réelle. Les humains sont assignés à résidence et nul n’a le droit de s’affranchir de ces liens pour s’évader. Les dieux sont nos gardiens et nous sommes le troupeau. Pourtant, pour certaines personnes, il arrive qu’il soit préférable d’être mort que de vivre.

Mais il ne faut pas se donner la mort, avant qu’un dieu ne nous envoie un signe. Les philosophes acceptent facilement de mourir. Mais n’est-il pourtant pas révoltant d’abandonner la protection des meilleurs des maîtres ? Tout cela n’a pas de sens, on ne peut vouloir fuir ce qui est bon : il n’y a que les insensés qui se réjouissent de la mort !

Alors pourquoi des hommes sages comme Socrate iraient-ils loin de maîtres meilleurs qu’eux-mêmes ? Pour Socrate, la croyance que l’on va rejoindre les dieux et certains morts rend injuste la révolte contre la mort. En effet, pour un homme qui a philosophé toute sa vie, il est raisonnable de penser qu’il obtiendra les plus grands biens après sa mort. Les philosophes s’appliquent donc à mourir et être morts. Montaigne aborde la question du suicide pour le condamner comme un acte de désespoir.