Pierre Taittinger patron de presse de l’ entre-deux-guerres PDF

Issu d’une famille influente aux origines prussienne et juive, Jean-Jacques Servan-Schreiber naît en 1924. Jouissant de toute l’attention de sa mère, Jean-Jacques Servan-Schreiber pierre Taittinger patron de presse de l’ entre-deux-guerres PDF un enfant doué et travailleur.


Reçu à l’École polytechnique en 1943, il rejoint de Gaulle avec son père et choisit la filière américaine en étant formé comme pilote de chasse dans l’Alabama. Terminant Polytechnique à la Libération, il n’exerce jamais son métier d’ingénieur. Il tente l’aventure au Brésil en 1948 où il est représentant d’un avion français, le Courlis, puis gérant d’un hôtel à São Paulo, sans franc succès. Convaincu que la décolonisation est inéluctable et nécessaire, il signe une série d’articles sur le conflit indochinois. Considérant Mendès France comme le seul homme capable de sortir la France de l’enlisement et de la médiocrité du personnel politique de la IVe République, JJSS crée en 1953 le magazine L’Express avec la journaliste Françoise Giroud. Albert Camus, Jean-Paul Sartre, André Malraux et François Mauriac.

Proche de François Mitterrand et de Valéry Giscard d’Estaing, qu’il a connu à Polytechnique et qui disait de lui qu’il  avait une case en trop , JJSS est un éditorialiste virulent et influent. Lorsque débutent les événements d’Algérie, JJSS et L’Express combattent de nouveau certaines exactions de l’armée française et une guerre coloniale qui ne veut pas dire son nom. Cette publication obligera Bollardière à quitter son poste de commandement. De cette expérience algérienne, JJSS tire son premier ouvrage Lieutenant en Algérie à cause duquel il sera accusé d’atteinte au moral de l’armée.

Guidé par l’exemple du général Pâris de Bollardière, il agit pour la paix en Algérie et on le retrouve aux côtés de Pierre Mendès France contre les exactions de l’OAS. 1950, la notoriété de L’Express s’étend bien au-delà de la France. Opposé au retour du général de Gaulle en 1958, JJSS voit son journal perdre en audience au début des années 1960, passant de 300 000 à 50 000 exemplaires . L’Express retrouve alors une périodicité hebdomadaire. C’est ėgalement une période de gros bouleversements personnels pour son fondateur.