Regarde Donc Tout avec Moi ! Divine Matière. 4.2 PDF

Comme toutes les religions, l’islam a été l’objet de critiques depuis sa formation. Les critiques sont d’ordre philosophique, scientifique, éthique, politique, théologique et historiographique. Les réactions des musulmans aux critiques de l’islam sont également variées : écrits, discours, voire violences et répression. Ces réactions ont pu aussi regarde Donc Tout avec Moi ! Divine Matière. 4.2 PDF de non-musulmans, et ce pour des raisons politiques, intellectuelles, personnelles ou autres.


Si ce bandeau n’est plus pertinent, retirez-le. L’islam en tant que croyance religieuse partage bien des caractéristiques avec les autres religions et philosophies religieuses. Les croyances, mythologies, religions polythéistes et monothéistes ont toujours eu leurs détracteurs ou critiques et cela dès l’Antiquité. Comme leurs homologues monothéistes, les critiques médiévaux musulmans ont longuement réfléchi et travaillé à réconcilier raison, découvertes et tradition islamique. Vous annoncez que le plus pertinent des miracles est là : sous nos yeux, nommé le Coran.

Vous dites : ‘Quiconque dénie ce livre, laissez-le produire un tel pareil’. En effet, nous allons produire une centaine de similaires, dont les auteurs seront des rhéteurs, d’éloquents orateurs et de vaillants poètes qui savent beaucoup mieux formuler les phrases et qui sont dignes de dire les choses brièvement. Ils véhiculent leur message dans un meilleur sens et avec un rythme mieux calculé. Vos religions sont subterfuges des anciens.

Raison, toi seule parle le langage de la vérité. Puissent périr les idiots qui ont écrit les livres de même que ceux qui les ont interprétés. Les musulmans répondant que le Coran, en tant que révélation divine, corrige les textes juifs et chrétiens, et que toute différence entre les deux doit donc être comprise comme la preuve d’une altération des textes antérieurs. Les plus anciennes analyses connues à ce jour provenant de textes non islamiques se trouvent dans les écrits des religions monothéistes du Moyen Âge, tels ceux de Jean Damascène, ou venant de chrétiens originaires de régions comme la Syrie qui tombèrent sous la coupe des premiers califes. Le Coran et l’Hadith étaient suffisamment familiers à Jean Damascène pour qu’il les cite en arabe.